Voici les origines culturelles et géographique : l’Australie !

D’où vient le Yara ma yha who ?
Quelle civilisation a enfanté son mythe ?

 

Pour découvrir les origines du mythe du Yara ma yha who, il est important de connaitre les origines du pays qui l’abrite, et celles de la civilisation qui l’a vu naître.

C’est pour cela que nous vous invitons à découvrir les origines culturelles et géographique de ce vampire étrange et étranger, une vaste terre du Sud, nommée l’Australie et une civilisation ancestrale, la civilisation aborigène.

Son origine géographique : l'Australie

Le 18 juillet 1814, l’explorateur anglais Matthew Flinders publie A Voyage to Terra Australis, un voyage vers la Terre du Sud. Cette terre dont il parle, gagne ainsi un nom : l’Australie…

De son vrai nom « Commonwealth d’Australie », l’Australie est un pays qui se situe en Océanie, à la frontière entre l’Océan Pacifique et l’Océan Indien. 

L’Australie est ce qu’on pourrait appeler une île continent. D’une surface de 7,692 millions km², elle représente 90% de la surface de l’Océanie. 

Carte de l'Australie issue du périodique "Nouvelles Annales de la géographie, de l'histoire et de l'archéologie", par Victor-Adolple Malte-Brun, Paris et Arthus Bertrand, tome 4, p. 384 ; publié en 1863

Composée d’une large île principale, ainsi que de la Tasmanie et d’autres petites îles. Parmi les territoires voisins nous retrouvons l’Indonésie, la Nouvelle Zélande, la Papouasie, la Nouvelle Calédonie, un territoire français, ainsi que le Japon, à près de 7000 kilomètres.

Une île ayant appartenu à l'empire Britannique

Au départ habitée par les Aborigènes, l’Australie a connu les venues irrégulières de divers marins et pêcheurs sur son île principale.

C’est au XVIIe siècle que les explorateurs européens découvrent véritablement l’île. Quelques temps plus tard, en 1770, celle-ci se retrouve à moitié colonisée par les anglais, qui utilise ce vaste territoire pour déporter ses criminels, les bagnards. Au fur et à mesure des années de nouvelles colonies anglaises se forment sur le territoire.

Fort de leur expansion vers l’intérieur de l’île, et des découvertes engendrées, ces territoires (qui vous rappellerons sans doute les territoires canadiens) fondent alors le Commonwealth d’Australie le 1er Janvier 1901.

L'Australie aujourd'hui

Depuis son indépendance, l’Australie est devenue une démocratie libérale. Cependant, cela ne l’empêche pas de rester une monarchie constitutionnelle appartenant toujours au Commonwealth.

La langue nationale est bien évidemment l’anglais et la monnaie le dollar australien. La capitale de l’Australie est Canberra, et non pas Sydney, contrairement à ce que l’on croit. La population Australienne est d’environ 24 millions d’habitants en 2016, et se trouve principalement dans les grandes villes côtières.

L’Australie est un pays relativement récent, pourtant, elle a su se trouver ses symboles et les exploiter. Nous retrouvons bien entendu le kangourou, ainsi que l’émeu. Par ailleurs, le pays est l’une des plus grandes réserves d’animaux au monde avec près de 500 parcs nationaux.

Pour ce qui est des symboles horrifiques, nous pouvons parlé du symbolique vampire aborigène appelé le Yara-ma-yha-who.

Peinture rupestre aborigène représentant un kangourou

Origine civilisationnelle

Avant que les colonies anglaises ne s’installent, l’Australie était peuplée de peuples aborigènes. Ils sont les premiers hommes à avoir foulé le sol australien.

Le mot aborigène (du latin ab origine, qui signifie « depuis l’origine ») désigne, en règle général, les personnes dont les ancêtres sont originaires de sa terre natale.

Si vous trouvez leur civilisation fascinante,  attendez de voir leur culture.

Les Aborigènes sont de remarquables peintres. Qui n’a jamais vu les dessins et figures qu’ils peignent sur les rochers, les tissus ou les écorces ? Certains scientifiques et linguistes avancent que ces dessins ont une signification bien particulière, parlant peut être de la mythologie du rêve ou étant une forme d’écriture.

À l’exception des peintures rupestres, dans les grottes, la plupart des œuvres aborigènes étaient éphémères : peintures corporelles, dessins sur le sable, peintures végétales au sol…

 

 

C’est dans cette culture exotique et fascinante qu’est né le mythe du Yara Ma Yha Who, le vampire Australien.